Les présidents des USA et de la Russie @LaCroix
/

Sort de la MINUSMA : les USA et la Russie à nouveau divisés

4 mins de lecture

Les États-Unis et la Fédération de la Russie ont laissé éclater à nouveau leurs divergences quant au sort de la MINUSMA, ce mardi. Si le premier souhaite un retrait éventuel de la MINUSMA ; la Russie, en revanche, estime que ce n’est pas le moment.

Le Conseil de sécurité s’est réuni ce 7 avril 2020 sur la situation sécuritaire du Mali, y compris les activités de la Mission multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation dans le pays (MINUSMA). Les échanges ont eu lieu par vidéo-conférence, à cause de la pandémie au coronavirus.

A l’ordre du jour : l’examen du dernier rapport du Secrétaire général des Nations unies sur le Mali en prélude au débat sur le mandat de la MINUSMA prévu en juin. A cette occasion, le chef de la MINUSMA s’est réjoui des progrès atteints dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale avec l’application de plusieurs chapitres dudit accord.

Malgré ces progrès évoqués, les États-Unis ne sont pas satisfaits des résultats acquis sur le terrain. Les différents efforts n’ont jusqu’ici pas permis de circonscrire les violences au nord et au centre du pays. Au contraire, pour le pays de Donald Trump, la situation sécuritaire continue de se détériorer accompagnée par de graves violations des droits de l’homme.

Cinq ans après sa signature, les USA déplorent que l’accord pour la paix et la réconciliation est loin d’être pleinement appliqué. Ainsi, à l’approche des échéances de renouvellement du mandat de la MINUSMA prévu en juin prochain, le Conseil de sécurité doit réfléchir aux raisons pour lesquelles la situation continue de se détériorer si rapidement et aux changements qui devraient être apportés au nouveau mandat pour atteindre plus efficacement les objectifs de la Mission, a indiqué le représentant des États-Unis. Il a ajouté que le nouveau mandat doit en outre encourager le gouvernement du Mali et les groupes armés signataires à mettre en œuvre rapidement l’Accord de paix d’Alger pour que la MINUSMA puisse « commencer son retrait éventuel ».

Pour sa part, la Fédération de Russie admet que le cours des événements au Mali, ces trois derniers mois, reflète une image mitigée. Toutefois, contrairement aux États-Unis, elle plaide pour un appui global à la MINUSMA, en particulier dans une situation où elle doit remplir son mandat sur deux fronts à la fois au centre et au nord du Mali. Et pour la Russie, au stade actuel, il est prématuré d’envisager la réduction des effectifs de la MINUSMA comme proposée par les USA. En clair, précise-t-elle, l’adaptation de la MINUSMA doit s’effectuer dans le strict respect du mandat prévu par la résolution 2480 (2019) du Conseil de sécurité.  

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.