Bandiougou Danté, élu président de la Maison de la presse du Mali, le 23 janvier 2021. © Malick Konaté.

Maison de la presse du Mali : le nouveau président se fixe onze objectifs

4 mins de lecture

Bandiougou Danté, élu ce samedi 23 janvier, à la tête de la Maison de la presse du Mali place son mandant sous le signe de la refondation de la presse malienne.

La Maison de la presse du Mali a un nouveau président depuis ce samedi. Bandiougou Danté, puisqu’il s’agit de lui, était jusqu’à ce jour président l’Union des radios et télévisions libres (URTEL). Ses objectifs pour les ans à venir de son mandat: faire la Maison de la presse un cadre agréable en procédant à sa rénovation et en la dotant de commodité à l’instar des maisons sœurs de la sous-région. Ensuite, M. Danté souhaite rassembler la presse malienne dans le respect des diversités. L’amélioration des conditions de vie des reporters sera aussi au cœur des priorités du nouveau comité de pilotage de la Maison de la presse.  C’est pourquoi, le président Danté promet de « relancer la question sur la convention collective de la presse afin d’encourager le professionnalisme par la valorisation du statut de journaliste ».

Le nouvel homme fort de la presse malienne se veut intraitable sur la question de la liberté de la presse, la liberté d’expression et l’accès à l’information.  L’une des missions principales de la Maison de la presse est la formation continue des journalistes. Bandiougou entend renforcer les capacités d’un nombre important des professionnels du secteur. Là, il compte nouer un partenariat solide avec l’Ecole supérieure de journalisme et des sciences de la communication et les écoles privées de journalisme.

Durant ce premier mandant, compte rapprocher la presse aux organisations de la société civile, aux acteurs de la justice et à la classe politique à travers un partenariat dynamique, efficace et efficient.

« Nous allons dynamiser les structures d’autorégulation et amplifier la collaboration avec la HAC (haute autorité de la communication), renforcer la collaboration entre la presse et les pouvoirs publics dans le contexte de crises sécuritaire et sanitaire, contribuer à la réussite de la transition en cours et s’impliquer dans l’organisation des élections libres, crédibles et transparentes », a souligné le nouveau président de la Maison de la presse.

De quoi nourrir l’espoir de certains jeunes journalistes qui se sont rassurés par le premier discours de M. Danté. Ils partagent sa vision notamment sur les points relatifs à la formation et l’amélioration des condition de vie des reporters.

« Des journalistes Maliens ont vraiment besoin de la formation. Le métier évolue et la concurrence est rude. Bandiougou promet de mettre un accès particulier sur la formation. Je trouve son discours rassurant », souligne Mohamed Kanouté, journaliste reporter à Mali 24.

Quant à Boureima Guindo, journaliste au quotidien le pays, il « prie et demande à tous les jeunes reporters de soutenir le bureau de la Maison de la presse pour que le vœu d’application de la Convention collective soit une réalité ». « Les journalistes souffrent dans les rédactions. On ne peut pas être productif si les conditions de vie ne sont pas bonnes », a-t-il insisté

Bandioudjou dirige un bureau de sept membres qui sera appuyé tout au long du mandant par un comité d’expert.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Âgé de 29 ans, il a remporté, le 29 décembre 2018, le 2e prix du journalisme sensible au genre et, le 29 novembre 2019, le 1er prix de la prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad à Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.