/

Sanctions contre les dirigeants maliens : l’imam Dicko demande l’indulgence de la CEDEAO

1 min de lecture

Gel des avoirs, interdiction de voyager. Des ministres, les députés et d’autres personnalités maliennes sont sous sanction de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDAO) depuis 17 novembre. Face à cette situation préoccupante, l’imam Mahmoud Dicko demande « l’indulgence » de la communauté internationale particulièrement celle de la CEDEAO. Au cours d’un meeting, le 28 novembre à Bamako, l’ex autorité morale du M5-RFP a rassuré que « les autorités maliennes et les forces vives de la nation doivent se mettre ensemble pour donner de signaux pour aider le pays à sortir de cette situation ».

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il est correspondant de TV5 Monde au Mali et collabore avec RFI au compte de l'émission Alors on dit quoi. Journaliste polyvalent, plusieurs de ses productions ont été récompensées au Mali et ailleurs. Le 13 novembre 2021, il a remporté le prestigieux Prix africain du journalisme d'investigation Norbert Zongo dans la catégorie télévision. Le 29 décembre 2018, il est sacré 2e lauréat Prix national du journalisme sensible au genre. Une année plus tard, 29 novembre 2019, Maliki a été distingué à Ouagadougou au Burkina, 1er au prix de la Prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad avec une enquête sur l'esclavage. Le natif de Zanzoni dans le cercle de Koutiala au remporté deux fois le Prix Mali Média Awards catégorie télévision en 2020 et presse en ligne en 2021.