Non, ce texte n’est pas la vraie histoire de cette photo

3 mins de lecture

Une blogueuse malienne a publié cette photo, le dimanche 11 juillet, sur Facebook avec une légende totalement fausse. Son post a suscité plusieurs centaines de réactions dont 740 partages en 24 heures.

Suivie par plus 395 000 personnes sur Facebook, la blogueuse Fatoumata a ému ses abonnés dimanche avec une photo accompagnée d’une histoire touchante. Sur la photo, des guépards sont sur le point d’étrangler un impala.

A en croire la blogueuse, les « deux léopards ont attaqué la gazelle au moment où elle était avec ses petits. La gazelle avait l’occasion de s’échapper, il y’avait de la distance et elle aurait pu sauver sa vie, mais elle a décidé de se livrer aux léopards. Pourquoi ?? Pour donner une chance à ses petits de s’enfuir… Parce que si elle avait fuit en premier, ses petits ne pourraient pas la suivre », soutient-elle.

Selon Fatoumata, « la photo est le dernier moment de la mère, sa gorge dans la bouche des guépards en regardant fermement pour s’assurer que ses petits ai eu le temps de se mettre à l’abri ».

Fake news

Si la photo est vraie, l’histoire qui l’accompagne est une invention. Grâce à la technique de recherche inversée, nous avons retrouvé l’auteur de la photo sur le réseau social Facebook. Il s’agit de Alison Buttigieg, photographe animalier maltais résidant en Finlande. La blogueuse malienne n’est pas la première à dénaturer l’histoire de la photo. En février 2017, l’auteur de la photo avait protesté dans ce post sur Facebook contre l’utilisation frauduleuse de son image, mais et surtout la fabrication d’une histoire qui n’est pas réelle.

« Ma photo de Stranglehold est devenue virale avec une fausse histoire complètement ridicule (…) sans parler des violations flagrantes du droit d’auteur ».

Sur le site web du photographe, nous retrouvons l’album photo de la scène accompagné de l’histoire réelle.

« J’ai été témoin de cette tuerie de guépards en septembre 2013 dans le Maasai Mara, au Kenya. Narasha, la maman guépard, enseignait à ses enfants comment tuer une proie. Cependant, ils étaient un peu lents à l’absorber et ils jouaient avec la malheureuse proie Impala au lieu de la tuer. Narasha, la maman guépard est celle qui attrape l’impala par le cou sur toutes les photos. Les jeunes pratiquent certaines compétences comme bondir et trébucher, ce qu’ils maîtrisent, mais ils ne semblent pas être en mesure de savoir comment étrangler efficacement l’impala », raconte Alison Buttigieg. Lisez l’histoire complète avec six autres photos de scène ici.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il est correspondant de TV5 Monde au Mali et collabore avec RFI au compte de l'émission Alors on dit quoi. Journaliste polyvalent, plusieurs de ses productions ont été récompensées au Mali et ailleurs. Le 13 novembre 2021, il a remporté le prestigieux Prix africain du journalisme d'investigation Norbert Zongo dans la catégorie télévision. Le 29 décembre 2018, il est sacré 2e lauréat Prix national du journalisme sensible au genre. Une année plus tard, 29 novembre 2019, Maliki a été distingué à Ouagadougou au Burkina, 1er au prix de la Prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad avec une enquête sur l'esclavage. Le natif de Zanzoni dans le cercle de Koutiala au remporté deux fois le Prix Mali Média Awards catégorie télévision en 2020 et presse en ligne en 2021.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.