/

Moussa Mara : « Une plainte est prête contre Oumar Mariko »

2 mins de lecture

Le président du parti Sadi qui a rejoint la contestation électorale à Sikasso, accuse Moussa Mara d’avoir pillé le Mali et être aussi « dans la spéculation foncière » quand il était Premier ministre.

Dans une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux depuis le 4 mai, Oumar Mariko s’en prend à Moussa Mara, président du Yelema. Selon le désormais ancien député élu de Konlondiéba, Moussa Mara a contacté son parti pour la création d’un éventuel groupe parlementaire à l’Assemblée nationale.

« Je ne peux pas créer un groupe parlementaire avec quelqu’un qui a pillé le pays pour ses intérêts personnels. Je faisais partie de la commission d’enquête parlementaire sur le nord. Dans un pays qui se respecte, Moussa Mara ne pourrait plus sortir la tête. Il a vendu le pays », blâme Oumar Mariko.

Le président du parti Sadi va loin en accusant l’ancien Premier fraichement élu député à l’Assemblée nationale d’être « un spéculateur foncier ». « Le président IBK m’a dit en face que Mara est dans la spéculation foncière alors qu’il était Premier ministre », raconte t-il dans la vidéo de 1m46s.

Joint par lejalon.com, Moussa Mara affirme que son parti a contacté celui d’Oumar Mariko à travers son secrétaire général. Par contre, le nouveau élu à l’Assemblée nationale rejette les accusations de l’ancien leader de l’Association des élèves et étudiants du Mali. D’où son intention de porter l’affaire devant la justice pour diffamation.

« La plainte est déjà prête. On attend qu’il arrive à Bamako pour lui notifier la plainte », a confié Moussa Mara.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Âgé de 29 ans, il a remporté, le 29 décembre 2018, le 2e prix du journalisme sensible au genre et, le 29 novembre 2019, le 1er prix de la prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad à Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.