Plante : non, l’artemisia n’est pas Ségou Faly

2 mins de lecture

Depuis la déclaration du président malgache sur l’artemisia comme un remède contre le Coronavirus, des internautes maliens confondent une plante locale à l’artemisia. Il s’agit de Stylosanthes erecta appelé « Ségou faly » au Mali.

Après la chloroquine, l’artemisia est au centre des débats scientifique autour de la maladie à coronavirus. La plante d’origine asiatique qui a fait ses preuves dans la lutte contre le paludisme est mise en avant par les autorités Malgaches comme le remède contre la maladie à Coronavirus.   

Quelques jours seulement après la sortie du président malgache pour vanter l’artemisia, des internautes maliens présentent une plante locale. Sur Facebook et dans des groupes sur WhatsApp, Stylosanthes erecta (Ségou Faly en bambara) est présenté comme l’artemisia et est même commercialisé déjà comme tel. En témoigne ce post d’un promoteur d’organe de presse au Mali.

En réalité, Ségou Faly est une plante locale connue pour son efficacité dans le traitement du paludisme comme l’artemisia. Mais les deux plantes ne sont pas de la même famille botanique. L’artemisia est de la famille des astéracées et Stylosanthes erecta ou Ségou Faly de la famille fabacée.

Pour avoir plus d’information, lejalon.com a rendu visite à madame Coulibaly Fanta Traoré, présidente de la Maison d’artemisia de Kati. Selon elle, les deux plantes sont très différentes.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il est correspondant de TV5 Monde au Mali et collabore avec RFI au compte de l'émission Alors on dit quoi. Journaliste polyvalent, plusieurs de ses productions ont été récompensées au Mali et ailleurs. Le 13 novembre 2021, il a remporté le prestigieux Prix africain du journalisme d'investigation Norbert Zongo dans la catégorie télévision. Le 29 décembre 2018, il est sacré 2e lauréat Prix national du journalisme sensible au genre. Une année plus tard, 29 novembre 2019, Maliki a été distingué à Ouagadougou au Burkina, 1er au prix de la Prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad avec une enquête sur l'esclavage. Le natif de Zanzoni dans le cercle de Koutiala au remporté deux fois le Prix Mali Média Awards catégorie télévision en 2020 et presse en ligne en 2021.

1 Comment

Répondre à look at this Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.