Yaya Sangaré, ministre de la Communication au siège de l'Association des professionnel de la presse en ligne. © Maliki Diallo- lejalon.com

Centres de prise en charge du COVID-19 : les exagérations du ministre Yaya Sangaré

5 mins de lecture

En voulant démentir une « information erronée » de l’Agence France presse (AFP) sur les capacités réelles du Mali à faire face à la pandémie du Coronavirus, le ministre de la Communication, chargé des relations avec les institutions, porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, a doublé le nombre de lits et confondu un centre d’isolement des cas suspects aux centres de soin de cas confirmés. Mali Check vous fait le point de la situation.

Dans une dépêche, le 20 mars 2020, l’AFP a affirmé que le Mali ne dispose que d’un seul appareil respirateur et d’une vingtaine de lits pour l’ensemble du pays pour prévenir contre le Coronavirus.

Dans sa brève, l’AFP soutient avoir consulté un « document officiel » en mi-mars. Mali-Check a retrouvé ledit document disponible ici. L’article de l’agence française a été repris par plusieurs médias dont francetvinfo.fr. Au Mali, il a fait le buzz sur les réseaux sociaux avec des commentaires souvent durs contre les autorités.

Face à la polémique, le gouvernement malien a réagi, le mardi 24 mars. « Les informations de l’AFP sont erronées et sans fondement » avait répliqué le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré.

Dans le communiqué, le Porte-parole du gouvernement malien donne les nouveaux chiffres en matière de prévention et la prise en charge d’éventuels cas du Covid-19.

« Le Gouvernement informe l’opinion nationale et internationale que dans le cadre de son plan d’actions contre le Coronavirus, le Mali dispose à la date du 24 mars 2020 de quatre (04) Centres de dépistage que sont la Faculté de Médecine, le Centre Charles Mérieux, l’Institut National de Santé Publique, le Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée ; et de trois Centres de prise en charge du COVID-19, tous opérationnels, avec un total de 37 lits répartis comme suit : CHU du POINT G (07 lits), Hôpital dermatologique (10 lits) et Hôpital du Mali (20 lits).

M. Sangaré exagère

Contrairement aux affirmations du ministère de la Communication, le Mali ne dispose pas à ce jour de trois centres de prise en charge, mais deux. Un centre aménagé à l’Hôpital du Mali et un deuxième au Point G. Dans une interview accordée à Studio Tamani (station de la fondation Hirondelle au Mali), le responsable du centre de l’Hôpital Dermatologique de Bamako affirme clairement qu’il gère un centre d’isolement et non un centre de soin des cas confirmés. Dans l’élément sonore disponible ici, Malick Koné précise: « une fois que l’examen biologique est conclu en positif, nous transférons le patient dans les centres hospitaliers où nous avons des unités de prise en charge avec des infectiologues, des virologues, les pneumologues, des urgentistes et même des réanimateurs. Nous les avons à l’Hôpital du Point G, à l’Hôpital du Mali ».

L’autre chiffre du ministre de la Communication qui est contraire à la réalité c’est les « 20 lits » à l’Hôpital du Mali. Depuis les premières semaines du Coronavirus, l’Hôpital du Mali a mis en place une Cellule technique chargée de la gestion du Covid19. Le président de cette cellule, Boubacar Sidiki Ibrahim Dramé a présenté son centre de prise en charge à des journalistes le 23 mars. Son centre dispose de quatre salles d’hospitalisation et compte 10 lits au total.

En somme, le Mali ne dispose pas du 37 lits, mais 17 lits. Il s’agit de dix lits à l’Hôpital du Mali et 7 lits à l’hôpital du Point G.

Maliki Diallo

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Âgé de 29 ans, il a remporté, le 29 décembre 2018, le 2e prix du journalisme sensible au genre et, le 29 novembre 2019, le 1er prix de la prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad à Ouagadougou.

5 Comments

    • Mali Check c’est notre rubrique de vérification de fausses informations. ça peut être une vidéo, un photo truquée ou sortie de son contexte. ça peut être aussi, une fausse déclaration d’un homme politique ou autre. Les fausses ont d’énormes conséquences sur l’opinion et l’Etat.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.