Législatives en Commune II : non Karim Kéita n’a pas été chassé par la population

3 mins de lecture

Dans une vidéo, largement partagée sur les réseaux sociaux et messageries, on aperçoit des individus en t-shirt floqué de l’effigie du Club de soutien de Karim Kéita. Ils sont violentés. Selon plusieurs commentaires d’internautes c’est une équipe de campagne du candidat Karim aux législatives qui s’est faite humilier en Commune II. Infox.

En Commune II du district de Bamako, un sujet apolitique domine les débats de la campagne électorale des législatives prévues en fin mars. La disparition du journaliste, Birama Touré, membre de l’une des familles fondatrices de Bamako. Cette année, les patriarches Touré refusent de recevoir le président sortant de la Commission de défense de l’Assemblée nationale et appellent à voter contre lui. Ils le soupçonnent d’être impliqué dans la disparition forcée de leur fils.

Le 13 mars, une fake new s’est aussi invitée dans la campagne dans cette même circonscription.

Dans une vidéo des internautes font croire que le fils du chef de l’Etat, Karim Keïta et ses soutiens ont été chassés lors d’un rassemblement dans le cadre de la campagne. La vidéo publiée par GM Médias sur Facebook comptabilise plus de 600 partages et plus 33 000 vues.

Elle a été reprise et partagée dans des groupes WhatsApp, par plusieurs personnes avec des commentaires totalement faux.

Vidéo sortie de son contexte

La scène n’a aucun rapport avec les élections législatives et elle n’a même pas été tournée en Commune II où Karim Kéita est candidat. La vidéo de 2 minutes 28 secondes date de neuf mois. Ella a été tournée devant le tribunal de la Commune III, le 10 juillet 2019, jour du procès opposant Karim Kéita à Mamadou Diadié Sacko dit Saxe, journaliste contre qui le député avait porté plainte pour diffamation sur la même affaire Birama Touré.

Le jour du procès les partisans des deux clans s’étaient mobilisés en grand nombre devant le palais de justice. L’événement a tourné en affrontement obligeant les soutiens de Karim Kéita à abonner leurs t-shirts pour se sauver. La scène a été filmée balancée sur les réseaux le même le jour.

Une recherche inversée sur Google image, avec des captures écrans de la vidéo publiée par GM Médias, nous renvoie à la vidéo d’origine. Nous retrouvons même un article de Maliactu publiée le 11 juillet 2019 avec la même vidéo.

L’un des défis majeurs de ces législatives 2020 est la tenue du scrutin sans violence. Et les fakes news surtout la présente n’ont d’autres fins que de monter les uns contre les autres.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Âgé de 29 ans, il a remporté, le 29 décembre 2018, le 2e prix du journalisme sensible au genre et, le 29 novembre 2019, le 1er prix de la prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad à Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.