Tweet « malencontreux » : Tiégoum condamné à un an de prison

1 min de lecture

L’affaire du tweet « malencontreux » sur le compte de la présidence du Mali a connu son épilogue aujourd’hui au tribunal de la Commune III. L’ex patron de la Cellule de communication de Koulouba, Tiégoum Boubèye Maïga a échappé aux deux chefs d’accusation initiaux et s’est fait condamner à un ans d’emprisonnement avec sursis pour « usurpation d’identité numérique d’un tiers ». En plus de la requalification des faits, le juge a rejeté la constitution de N’Deye Sissoko comme partie civile dans le dossier. Les détails avec Me Aliou Abdoulaye Touré, l’un des avocats de l’accusé.   

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Plusieurs de ses productions ont été récompensées au Mali et ailleurs. Le 29 décembre 2018, il a remporté le 2e prix national du journalisme sensible au genre avec un article sur l'excision : https://bit.ly/3oxxoPB. Le 29 novembre 2019, il a remporté à Ouagadougou au Burkina, le 1er prix de la Prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad avec une enquête sur l'esclavage : https://bit.ly/3ougktI. Le 28 août 2020, il a soulevé le Prix Mali Média Awards catégorie télévision avec une enquête sur les conditions d'abattage : https://bit.ly/3yof5AK.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.