Ba N'Daw et Assimi Goita à la cérémonie de prestation de serment, le 25 septembre 2020. © CNSP.

Transition au Mali : l’armée chasse le président et le Premier ministre

2 mins de lecture

Le vice-président de la transition annonce avoir « placé hors de leurs prorogatives » Ba N’Daw et Moctar Ouane respectivement président et Premier ministre de la transition. Le colonel Assimi Goita soutient une tentative de violation de la Charte de la transition par ceux-ci dans la mise en place du nouveau gouvernement.

Le président de la transition et son Premier ministre sont démis de leurs fonctions, ce mardi 25 mai 2021, par le vice-président. Dans une déclaration, le colonel Assimi Goita, vice-président de la transition a annoncé d’avoir placé hors de leurs prorogatives Ba N’Daw et Moctar Ouane. Ces personnes sont d’ailleurs aux arrêts depuis lundi après l’annonce du gouvernement.  C’est la mise en place du gouvernement est à la base de la situation actuelle. A en croire le chef de la junte, le désormais ancien président et Premier ministre ne l’auraient pas consulté pour la mise en place du gouvernement.

« Dans les démarches de constitution d’un nouveau gouvernement, le Premier ministre nouvellement reconduit a établit une liste sans concertation avec le vice-président en charge des prérogatives à lui conférées par la charte de transition, contrairement au serment prêté lors de son investiture, le 25 septembre 2020. Ainsi, le vice-président de la transition s’est vu dans l’obligation d’agir en vue de déplacer hors de leurs prérogatives le président et son Premier ministre », a souligné le colonel Goita. Il affirme d’avoir intervenu pour préserver la Charte de la transition.

Le 24 mai, le Premier ministre avait formé un nouveau sans Sadio Camara et Modibo Koné, deux colonels influents du groupe de militaires qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Kéita, le 18 aout 2020. Ils avaient été remplacés par deux généraux au ministère de la Défense et de la Sécurité.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Plusieurs de ses productions ont été récompensées au Mali et ailleurs. Le 29 décembre 2018, il a remporté le 2e prix national du journalisme sensible au genre avec un article sur l'excision : https://bit.ly/3oxxoPB. Le 29 novembre 2019, il a remporté à Ouagadougou au Burkina, le 1er prix de la Prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad avec une enquête sur l'esclavage : https://bit.ly/3ougktI. Le 28 août 2020, il a soulevé le Prix Mali Média Awards catégorie télévision avec une enquête sur les conditions d'abattage : https://bit.ly/3yof5AK.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.