/

Choix du PM : l’imam Dicko dénonce l’ingérence de la France et exige le départ de Boubou

3 mins de lecture

Figure emblématique de la contestation au Mali, l’imam Mahmoud Dicko réclame la tête de celui qu’il « a placé à la Primature » : Dr Boubou Cissé. En point de presse ce dimanche 9 août 2020, il a accusé la France d’avoir exigé son maintien contre le gré du président de la République et du peuple. Il a appelé les Maliens à occuper la rue le 11 août.

En présence des membres du comité stratégique du M5-RFP, l’imam Mahmoud Dicko a affirmé son adhésion entière à la manifestation du mardi 11 août à la place de l’indépendance. « Ce mardi sera le mardi des mardis. Il rentrera dans l’histoire du Mali », a menacé l’ancien président du Haut conseil islamique. L’imam qui s’oppose à la démission du président de la République manifestera pour exiger la démission de son « fils » Premier ministre. Pour lui, le président IBK était prêt à dissoudre l’Assemblée et démettre Dr Boubou Cissé de ses fonctions, mais la France s’est opposée au départ du Premier ministre.

« Comment imposé quelqu’un qui n’a aucune légitimité ? Il n’a aucune base. Il n’est pas soutenu par les partis de la majorité ni la société civile. Aucune couche dans ce pays ne le soutient.  Quel pays peut-il concilier ? Comment va-t-il mettre en œuvre les politiques de développement ? Nul n’ignore les relations politiques et stratégiques qui lient le Mali à la France. Mais pour quel intérêt la France va jusqu’à s’ingérer dans le choix du Premier ministre au Mali ? », s’est interrogé le parrain de la CMAS avant de promettre que le Premier ministre va partir parce que « c’est ce que réclame le peuple ».

Dans son intervention, il a annoncé une visite très prochainement à Nioro du Sahel pour convaincre Bouyé Haïdara qui s’oppose à la démission de Boubou Cissé. L’imam Dicko a profité également l’occasion pour inviter Chérif Ousmane Madani Haïdara et le Cardinal Jean Zerbo à rejoindre le moment.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Plusieurs de ses productions ont été récompensées au Mali et ailleurs. Le 29 décembre 2018, il a remporté le 2e prix national du journalisme sensible au genre avec un article sur l'excision : https://bit.ly/3oxxoPB. Le 29 novembre 2019, il a remporté à Ouagadougou au Burkina, le 1er prix de la Prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad avec une enquête sur l'esclavage : https://bit.ly/3ougktI. Le 28 août 2020, il a soulevé le Prix Mali Média Awards catégorie télévision avec une enquête sur les conditions d'abattage : https://bit.ly/3yof5AK.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.