/

Trouble à l’ordre public : des militants du M5-RPF condamnés

3 mins de lecture

Quatre jeunes du M5-RPF ont été jugés ce jeudi 6 août au tribunal de la Commune VI pour trouble à l’ordre public. Ils ont été arrêtés par la police lundi alors qu’ils exécutaient le mot d’ordre de désobéissance civile de leur mouvement. Deux d’entre eux ont été reconnus coupables et condamné à six mois de prison avec sursis.

Sur les quatre personnes jugées ce jeudi, figure un journaliste de la radio Siguida. Il a été arrêté le 3 aout par la police en plein dans la couverture de la reprise de la désobéissance civile du M5-RFP qui réclame la démission du président de la République. Comparu avec trois autres prévenus pour trouble à l’ordre public, Yacouba Coulibaly a été acquitté par le tribunal. Il a recouvré sa liberté avec Monzon Diarra, un autre jeune interpellé par la police.  

Les deux autres individus (Ibrahim Dao et Mohamed Kanté) ont été reconnus coupable de trouble à l’ordre public. Ainsi, ils ont écopé de six mois d’emprisonnement avec sursis.

Les tortures policières

Toutes les quatre personnes ont témoigné, à la barre, être violentées par la police au moment de leur interpellation et même dans les locaux du commissariat où ils étaient placées en garde à vue.

Yacouba Coulibaly, s’est vu une de ses dents arrachées. Monzon et Ibrahim se sont présentés avec des fractures. Le premier avait le bras gauche plâtré. En plus des doigts, Ibrahim a une côte cassée. Il a passé l’audience sur une chaise, ses médicaments à côté.   

Les avocats ont jugé inacceptable la torture à la laquelle leurs clients ont subi à la police et promis de déposer une plainte contre le commissariat du 7e arrondissement.

« La police dans sa mission de maintien de l’ordre n’est pas habilitée à violenter les individus. Nous allons donc porter plainte devant qui de droit et nous n’allons pas lâcher parce que ce sont des gens qui ont été très sérieusement blessés », a souligné Me Hamidou Maïga, avocat de la défense.

Le mercredi 5 août, cinq autres manifestants avaient été jugés et condamnés à 45 jours d’emprisonnement ferme par le tribunal de la Commune I.     

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Âgé de 29 ans, il a remporté, le 29 décembre 2018, le 2e prix du journalisme sensible au genre et, le 29 novembre 2019, le 1er prix de la prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad à Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.