Photo ONU/Loey Felipe - Le Premier ministre de la République du Mali, Choguel Kokalla Maïga, prend la parole lors du débat général de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.
//

L’ONU : des internautes maliens enchantés par le discours du Premier ministre

4 mins de lecture

Le Premier ministre de la transition malienne a désavoué, à la tribune des Nations-unies, la décision du président Français de retirer la force Barkhane au profit d’une force européenne sans consultation préalable avec le gouvernement du Mali. Son réquisitoire est bien apprécié par les internautes maliens.

Le Premier ministre malien s’est exprimé au siège des Nations-Unies, le 25 septembre 2021 à l’occasion de la 76e Assemblée nationale de l’Organisation. Dans son discours, Dr Choguel Kokalla Maïga accuse la France « d’abandonner le Mali en plein vol » de la lutte contre le terrorisme. Il informe officiellement l’Organisation des Nations-unies de la volonté de son gouvernement à « explorer des voies et moyens pour mieux assurer la sécurité de manière autonome avec d’autres partenaires ».

« C’est un discours historique », qualifient certains internautes qui comparent Choguel Kokalla Maïga à Modibo Kéita, père de l’indépendance du Mali.

Cet autre estime que « Choguel est l’incarnation de Modibo Kéita. on dirait que Modibo est de retour ». Certains vont jusqu’à créer un lien entre le style vestimentaire du Premier ministre de la transition et le premier président de la République du Mali.

« Le rédacteur ou les rédacteurs du discours du PM Choguel Kokalla Maiga, prononcé ce 25 septembre 2021 à la Tribune des Nations Unies, a ou ont réalisé un excellent travail et dans la forme et dans le fond », juge Sagaidou Bilal Maïga, journaliste blogueur. Son confrère de l’hebdomadaire Le Sursaut, Moustapha Diawara, est également séduit par le discours du Premier ministre. « Rien à dire. Le discours qu’il faut, au lieu qu’il faut et au moment qu’il faut », a-t-il posté sur Facebook.

Fatoumata Harber, blogueuse basée à Tombouctou qualifie la prise de parole du PM de « discours sans langue de bois« . « Les autorités de la transition malienne par la voix du PM Choguel Kokalla Maiga montrent à la communauté internationale que 8 ans de présence sur le territoire malien sans amélioration de la situation leur donne le droit de tirer des conclusions et agir pour trouver des solutions. Discours fort courageux à mon avis. Être un pays sous perfusion ne nous ôte pas tous les droits, semble-t-il ! », soutient-elle.

Même ceux ne sont pas toujours d’accord avec Choguel Kokalla Maïga, jugent son intervention positive. C’est le cas à Ibrahima Khalil Touré, suivi par plus 5000 personnes sur Facebook.

« Bien que je ne suis toujours pas d’accord avec lui, Choguel a tenu un discours qui traduit exactement la VOIX DU PEUPLE MALIEN en gros à l’ONU. Ce courage est salutaire mettant les Nations unies et les partenaires devant leur responsabilité face à la gestion de la crise au Mali. Il mérite un soutien de taille », plaide t-il.

Fadigui Kéita, militant du Rassemblement pour le Mali, ex parti au pouvoir loue également la qualité du réquisitoire du Premier ministre.

 »Mes respects à Choguel Kokalla Maiga pour la ténue et la qualité de son discours à la tribune de l’ONU. En tant que Malien, ça rend fier. Je ne suis pas dans le calcul politicien. Mon combat, c’est pour le bonheur du Mali et ceux qui sont sur la voie de le faire, auront ma reconnaissance gratuite », se justifie t-il.

En revanche, d’autres internautes estiment que le discours, à lui seul, ne suffit pas. Ils attendent les actions avant de juger le Premier ministre.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il a travaillé notamment pour le quotidien l'Indicateur du Renouveau, Renouveau TV et le site aumali.net. Plusieurs de ses productions ont été récompensées au Mali et ailleurs. Le 29 décembre 2018, il a remporté le 2e prix national du journalisme sensible au genre avec un article sur l'excision : https://bit.ly/3oxxoPB. Le 29 novembre 2019, il a remporté à Ouagadougou au Burkina, le 1er prix de la Prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad avec une enquête sur l'esclavage : https://bit.ly/3ougktI. Le 28 août 2020, il a soulevé le Prix Mali Média Awards catégorie télévision avec une enquête sur les conditions d'abattage : https://bit.ly/3yof5AK.