Ousmane Oumarou Sidibé, président de la CVJR.
/

4e audience publique de la CVJR : 17 victimes vont raconter leur histoire

2 mins de lecture

La Commission vérité, justice et réconciliation (CVJR) organise, le 18 septembre sa 4e audience publique sur six. 17 victimes des violations graves des droits humaines vont témoigner au cours de cette séance.

Au cours d’une conférence de presse, le 16 septembre, le président de la CVJR, Ousmane Oumarou Sidibé a annoncé tenue de la 4e audience publique de sa structure qui a recueilli plus vingt mille dépositions des victimes des différentes crise depuis l’indépendance du Mali. Pour la présente audience qui est prévu le 18 septembre, 17 personnes vont témoigner leur histoire à la nation.

« 10 victimes vont faire des témoignages individuels et 7 le feront en collectif dont 2 duos et 1 trio. Les victimes sont composées de 13 hommes et 4 femmes », a précisé M. Sidibé.

Cette quatrième audience portera sur des thèmes suivants : atteintes au droit à la liberté, atteintes au droit à la vie et à l’intégrité physique et les disparitions forcées.

Pour rappel, la CVJR a créée  en 2014 pour aider le Mali à dépasser la crise multidimensionnelle, à travers un travail complet de traitement du passé. Elle a pour mission de  contribuer à l’instauration d’une paix durable à travers la recherche de la vérité, la réconciliation et la consolidation de l’unité nationale et des valeurs démocratiques.

Elle est chargée d’enquêter sur les cas de violations graves des droits de l’homme individuelles et ou collectives commises dans le pays, et spécifiquement celles commises à l’égard des femmes et des enfants de mener des enquêtes sur les cas d’atteinte à la mémoire individuelle et ou collective et au patrimoine culturel.

Maliki Diallo

Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille et de l'Université de Lille, Maliki Diallo est journaliste depuis 2012 au sein du Groupe Renouveau. Il est correspondant de TV5 Monde au Mali et collabore avec RFI au compte de l'émission Alors on dit quoi. Journaliste polyvalent, plusieurs de ses productions ont été récompensées au Mali et ailleurs. Le 13 novembre 2021, il a remporté le prestigieux Prix africain du journalisme d'investigation Norbert Zongo dans la catégorie télévision. Le 29 décembre 2018, il est sacré 2e lauréat Prix national du journalisme sensible au genre. Une année plus tard, 29 novembre 2019, Maliki a été distingué à Ouagadougou au Burkina, 1er au prix de la Prévention de l'extrémisme violent au Sahel et dans le bassin du lac Tchad avec une enquête sur l'esclavage. Le natif de Zanzoni dans le cercle de Koutiala au remporté deux fois le Prix Mali Média Awards catégorie télévision en 2020 et presse en ligne en 2021.